Appelle-moi soeur

By


“Il faut que tu sois forte dans ton identité–qui tu es et de qui tu es,” dit la Soeur Patricia Ralph, S.S.J., “et il ne faut pas permettre que quelqu’un t’enlève ton rêve.”
asdc asdasd asdasd

La Soeur Patricia Ralph est entrée chez les Sisters of St. Joseph de Chestnut Hill, Philadelphia, en 1985, lorsqu'elle avait 24 ans et elle a pris ses voeux finals en 1994. "Ça fait presque 25 ans et je n'ai pas de regrets," dit-elle. "Absolument pas de regrets."

Sister Patty Ralph, S.S.J. with Sister Mary Rita Boyle, S.S.J.
La Soeur Patty Ralph, S.S.J. avec la Soeur Mary Rita Boyle, S.S.J., une soeur de sa communauté, les Sisters of St. Joseph.
Ralph a dit qu'elle savait qu'elle voulait être soeur depuis la huitième année de l'école. De la maternelle jusqu'à la huitième année, ses enseignantes étaient les Sisters of St. Joseph à la Blessed Sacrament School à Newark, New Jersey. "Leur style de vie m'a attirée, et j'ai pensé: Je peux faire cela," dit-elle. La majorité des élèves était afro-américaine, mais il n'y avait pas d'Afro-américaines parmi les soeurs qui enseignaient. De ses enseignantes elle observe: "Elles étaient tellement bonnes envers nous. Nous nous sommes tellement amusées. C'était bien drôle et personne ne s'est jamais senti différent ou exclus.

"J'ai toujours su que je voulais être enseignante"
"J'ai toujours voulu être religieuse mais ma jumelle non. Or, le plus drôle, elle est entrée deux ans avant moi, en 1983. Pendant deux ans, j'avais notre chambre à moi toute seule." Sa jumelle, la Soeur Lynn Marie Ralph est une Sister of  the  Blessed Sacrament et travaille dans la maison-mère de sa communauté à Bensalem, Pennsylvania.

Ralph a fait son école secondaire à la Benedictine Academy, dirigée par des soeurs Benedictine à Elizabeth, New Jersey, un court trajet en autobus de chez elle. Elle est restée à la maison pendant ses études universitaires, et a obtenu son baccalauréat de Jersey City State University.

"À l'école secondaire, j'allais souvent au couvent du Blessed Sacrament pour prier avec les soeurs et pour la Messe, et j'y soupais. Tout le long de l'école secondaire, j'étais bénévole à l'école primaire, dans les classes. J'ai appris à être la meilleure maîtresse de la première année grâce à la Soeur Grace Christi Costello, S.S.J., la meilleure maîtresse de première que j'ai jamais connue.

"J'ai toujours su que je voulais être enseignante. C'est pourquoi je retournais toujours à  Blessed Sacrament School, même à l'université, en y faisant du bénévolat. J'ai travaillé avec la Soeur Maria Raphaela, S.S.J., une excellente enseignante de musique. Elle a monté des musicales entières avec nous!  Oliver et Purlie et 42nd Street. Avec des élèves du primaire!  Et c'est elle la première à nous enseigner la chanson "Être jeune, doué, et noir."

Ralph est la sixième de huit enfants-cinq garçons et trois filles. C'était une "famille très catholique," dit-elle. Ses deux parents ont été élevés catholiques, son père à Rahway, New Jersey et sa mère à Bayonne. Le centre de la vie familiale était sa paroisse-mère, Blessed Sacrament à Newark,.  "Je l'aimais tellement. Nous avions une église, pas tout simplement une Messe, avec des louanges à Dieu et les célébrations des bénédictions."

Le premier poste d'enseignement de Ralph était une classe de première année au Holy Name Catholic School à Washington, D.C.  Cette école a été ouverte par les Sisters of St. Joseph comme une école paroissiale en 1924. En 2008, elle est devenue une école publique municipale, le Trinidad Campus du Center City Charter Public Schools, un consortium en six campus formé d'anciennes écoles paroissiales. Ralph et presque tous les autres enseignants et employés sont restés avec l'école lors de la transformation d'école paroissiale en une école publique. Elle enseigne maintenant la cinquième année dans l'école de 200 élèves de la prématernelle jusqu'à la huitième année. La transition a été sans difficultés, elle a remarqué.

Elle a passé la plupart des 25 dernières années à Holy Name, sauf pour cinq années quand elle est retournée à sa paroisse bien-aimée du Blessed Sacrament. Pendant qu'elle servait comme directrice de Holy Name, elle a aussi obtenu une maîtrise en administration pédagogique à Trinity College à Hartford, Connecticut.

"L'esprit est encore en très bonne forme"
Etre une minorité dans une minorité--elle est la seule Afro-américaine dans sa communauté--aurait pu dissuader plusieurs, mais pas Ralph. "C'est tout le contraire. Mon sentiment de vocation s'est renforcé au cours des années. Bien que je sois membre d'une communauté blanche,  j'ai aussi le National Black Sisters Conference. Je suis membre du conseil d'administration, et pour moi c'est une source de support. Et ma propre communauté me donne du support aussi. Elles m'aident à continuer à foncer. C'était quand j'étais en formation avec ma communauté qu'on m'a encouragée à participer au Black Sisters Conference. Cette organisation lui a donné une bonne surprise:  "Je ne savais pas qu'il y avait autant de religieuses noires."

Sister Patty Ralph, S.S.J.
“Ils m’appellent Soeur P. ou Soeur Patty, ou les tout petits disent Soeur Matricia ou Batricia.” dit la Soeur Patty Ralph de ses élèves. “Quelques uns même disent Mademoiselle Soeur Patricia.”
Au sujet de la vocation, elle dit: "Il faut que tu sois forte dans ton identité--qui tu es et de qui tu es.  Il ne faut  pas permettre que quelqu'un t'enlève ton rêve. J'ai toujours su que c'est ceci que j'ai voulu. C'est Dieu qui m'a donné ma vocation. C'était mon rêve et le cadeau de Dieu. Et il faut nourrir les cadeaux. Pour nourrir ce cadeau, il faut chercher "les gens qui m'ont soutenue dans ma communauté ou ailleurs. A partager nos histoires. J'adore écouter des histoires. A-t-il fallu que je compose avec le racisme? Bien sûr! Mais j'ai aussi eu du support. Le racisme, c'est un fait. Je n'ai pas laissé le racisme me dissuader."

Les gens lui demandaient: "Pourquoi veux-tu faire ça? Tu ne peux pas avoir de famille." Quant à moi, j'ai acquis une famille. Souvent je me sens comme une mère ici. Les élèves de la huitième maintenant étaient les élèves de ma première classe de la cinquième année. Et présentement, ils reçoivent leurs lettres d'admission à l'école secondaire. Et, la plupart sont des écoles catholiques. Donc, il y a quelque chose de spécial qui est toujours ici. L'esprit est encore en très bonne forme."

Au dire de tout le monde, la Soeur Patty est divertissante. Que fait-elle pour s'amuser? "Vendredi dernier nous sommes sortis...et nous avons chanté karaoke," dit-elle. "J'aime passer du temps chez des amis. J'aime aller à des fêtes. Je suis toujours prête. Allons! J'aime danser. La musique commence, je suis debout. Le Cuban Shuffle, l'Electric Slide, the strut de New Jersey, le cha-cha--aussi tôt que j'entends la musique, je suis sur le plancher. J'enseignais la danse liturgique, quand c'était une école catholique. Je danse tout le temps avec les élèves de la cinquième, des fois du rap, des fois du Motown.

Ralph demeure avec quatre autres Sisters of St. Joseph, dans le couvent de St. Francis de Sales Church, un trajet de dix minutes de son école. Elles mangent ensemble le lundi, le mardi et le jeudi. Maintenant que son école est publique, Ralph reçoit un chèque de paie, pas une allocation, et cela aide la communauté.

Ralph fait ses prières avec sa communauté, mais va à la messe le dimanche à Holy Name Parish. Les enfants disent, "On se voit à l'église, Soeur P." Et, ils viennent s'asseoir juste à côté de moi. "Pourquoi devez-vous vous asseoir juste à côté de moi?" Je demande. "N'en ai-je pas assez toute la semaine?"  Ils m'appellent Soeur P. ou Soeur Patty, ou les tout petits disent Soeur Matricia ou Batricia. Quelques uns même disent Mademoiselle Soeur Patricia".

"Je réponds, pourvu que vous m'appeliez Soeur, car j'ai travaillé pour ce titre."   

2011 © TrueQuest Communications
CALENDRIER

Click on a date below to see the vocation events happening that day!

Questions posées par les catholiques
commentaires